mardi 22 juin 2010

L'importance de l'expiration.

Pourquoi l'expiration est-elle si importante ?
Je vous ai expliqué dans mon dernier article l'importance vitale de la respiration profonde et comment nous en sommes arrivés à une respiration incomplète. Aujourd'hui je voudrais vous faire comprendre pourquoi l'expiration est plus importante que l'inspiration.

La respiration profonde une pratique de Yoga.
En Occident on attribue la primauté à l'inspiration. Le yoga, au contraire, affirme que toute bonne respiration commence non seulement par une expiration complète et lente, mais aussi que cette expiration parfaite est la condition sine qua non d'une inspiration correcte et complète. En effet on ne peut remplir un récipient que s'il a été préalablement vidé. Il ne nous est pas possible de bien respirer si nous n'expirons pas d'abord à fond.
La respiration normale commence donc par une expiration lente et paisible réalisée par la relaxation des muscles inspiratoires. La poitrine s'affaisse de son propre poids ce qui chasse l'air. C'est expiration doit être silencieuse, on ne doit pas s'entendre respirer, et de ce fait elle sera lente. À la fin de l'expiration les muscles abdominaux peuvent aider à vider les poumons aussi complètement que possible par leur contraction, les derniers restes d'air vicié sont évacués.
La constitution spongieuse des poumons ne permet pas de les vider à 100 %, il restera toujours de l'air impur dans les poumons. Il faut donc s'efforcer d'évacuer au maximum cet air vicié restant. Lors de l'inspiration l'air frais que nous inspirons va se mélanger à l'air vicié résiduel, pour former notre véritable air respiratoire. Plus nous aurons expiré à fond, plus grande sera la quantité d'air qui pourra entrer dans nos poumons, plus pur sera l'air en contact avec la surface alvéolaire.
Le volume d'air que les poumons peuvent contenir s'appelle la « capacité vitale ». C'est on ne peut plus pertinent.
De nombreuses techniques respiratoires visent à augmenter cette « capacité vitale » mais avant tout, il est plus important d'utiliser au maximum celle dont nous disposons, par une expiration soignée.

Trois types de respiration.
Les yogis distinguent trois types de respiration : la respiration abdominale, la respiration costale et la respiration claviculaire. La respiration yogique complète combine les trois et constitue la respiration idéale.
La respiration abdominale.
C'est de cette façon que respire la majorité des hommes. Le diaphragme s'abaisse au moment de l'inspiration, l'abdomen se gonfle. C'est la façon la moins mauvaise de respirer. La base des poumons se remplit d'air, l'abaissement rythmique du diaphragme provoque un massage doux et constant de tout le contenu abdominal et favorise le bon fonctionnement des organes.

La respiration costale.
Elle s'effectue en écartant les côtes, en dilatant la cage thoracique comme un soufflet. Cette respiration emplit les poumons dans leur partie moyenne. Elle fait pénétrer moins d'air que la respiration abdominale tout en requérant plus effort. C'est la respiration « athlétique » qui, combinée avec la respiration abdominale, entraîne une ventilation des poumons satisfaisante.

La respiration claviculaire.
L'air s'introduit en soulevant les clavicules. La partie supérieure des poumons, seule, reçoit alors un apport d'air frais. C'est la moins bonne façon de respirer. Les femmes pratiquent souvent cette respiration.
La respiration complète.
La respiration yogique complète englobe les trois modes de respiration qu'elle intègre en un seul mouvement ample et rythmé.

Vous l'aurez certainement compris, la respiration est essentielle à la vie et plus l'apport d'oxygène sera important à chaque inspiration, meilleure sera la respiration.
Dans mon prochain article, je vous expliquerai comment agit la respiration profonde pour améliorer le fonctionnement de vos organes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire