vendredi 25 juin 2010

Les crèmes solaires riches en vitamine A peuvent augmenter les risques de cancer

Alors que le soleil est enfin arrivé, voici un article très intéressant sur les crèmes solaires, que j'ai trouvé sur le site gérir.org.

A
l'approche de l'été, l'heure est venue de porter un œil critique sur l'accessoire du plagiste : la crème solaire. Généralement, elles sont mal utilisées. Personne ne peut affirmer qu'elles suffisent à éviter les risques de cancer dus à une trop grande exposition au soleil. De plus, certaines semblent être toxiques et... cancérigènes.





Les adeptes de la peau mate, qui choisissent de passer leurs vacances à changer de couleur de peau, mettent beaucoup d'espoir dans les crèmes solaires. Les fabricants ne tiennent pas à les décevoir, promettant un hale parfait en toute sécurité.

Pourtant chacun a fait l'expérience d'un coup de soleil, alors même que le tube magique figurait bien sur la liste des courses. Souvent, on oublie de l'appliquer suffisamment. Il faudrait en mettre toutes les deux heures pour garder une bonne efficacité, sans compter qu'elle peut se diluer dans les vagues.

En ce qui concerne la réduction des risques de cancer par les crèmes solaires, les études ne sont pas conclusives. D'après le Environmental Working Group (EWG), une ONG américaine, il n'y a de bons résultats que pour le carcinome spinocellulaire, qui ne représente que 16% de ces cancers de la peau. Ce n'est malheureusement pas le plus dangereux.

On remarque au contraire que l'incidence des cancers de la peau augmente dans les pays développés. Il existe même des études qui montrent que les gros utilisateurs sont plus à risque. Une des explications est que les crèmes solaires donnent un faux sentiment de sécurité et poussent les gens à rester trop longtemps exposés. Une tendance renforcée par l'arrivée sur le marché des indices de protection élevés.

En corolaire, un autre effet indésirable est que les crèmes solaires empêchent les gens d'accumuler de la vitamine D, même pendant une exposition au soleil d'été.

Enfin, il semble qu'un des composants fréquents des crèmes solaires peut provoquer une cancérisation des cellules de la peau quand il est exposé à la lumière. Il s'agit de la vitamine A, étiquetée parfois "retinyl palmitate" ou "retinol" sur les tubes.

Dans une étude de la Food and Drug Administration américaine, les chercheurs ont montré que des souris, qui avaient reçu une crème solaire riche en vitamine A avaient développé un cancer de la peau plus rapidement (21% de temps en moins avant de développer un cancer qu'un groupe témoin qui bénéficiait de crème solaire sans vitamine A). Ces travaux ne sont pas définitifs et seront publiés en entier à la fin de l'année.

De plus, rien ne peut garantir que notre peau réagit de la même façon que les souris de laboratoires sans fourrure, génétiquement modifiées pour être plus facilement victimes d'un cancer. Cependant, par prudence cet été il faudra bien lire les étiquettes.

Notre conseil : Sentez ce qui est bon pour vous - protégez-vous en restant à l'ombre quand c'est nécessaire. Couvrez votre peau de jolis tissus et votre tête d'un beau chapeau, vous serez magnifique et bien protégé(e). Par prudence, choisissez des crèmes solaires sans vitamine A.



Sources :

Le dossier du Environmental Working Group (EWG)

National Toxicology Program (NTP). Pathology Tables, Survival and Growth Curves from NTP Long-Term Studies. Technical Report Pathology Tables and Curves. TR-568 All-trans-retinyl palmitate.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire